Modele de tissage kabelo

La technologie du tissage a changé très lentement au cours des siècles. Les coptes ont probablement utilisé des métiers à tisser qui ont évolué à partir de ceux utilisés par les anciens Égyptiens comme représenté dans les peintures murales des tombes du Moyen-Empire et des découvertes funéraires de modèles d`ateliers de tisserands. Le plus ancien type de métier à tisser semble avoir été un métier à tisser horizontal à faible chaîne de tapisserie qui a été attaché au sol avec des chevilles pour étirer le tissu. Vers 1650-1500 av. j.-c., un métier à tisser vertical qui utilisait des poids pour étirer les déformations a été introduit. Le métier à tisser de tirage au pied qui permettait le tissage mécanisé rapide de motifs complexes est entré en usage pendant la période romaine. Il y a des preuves que les métiers à tisser à haute distorsion ou verticaux existaient aux côtés des métiers à tisser à faible distorsion ou horizontaux au cours des 4e à 10ème siècles en Egypte. Pourtant, il n`est pas tout à fait clair quel type de métier a été utilisé pour les vêtements les plus couramment tissés et les meubles à la maison. Certaines preuves de la structure métier sont inhérentes à la conception des tuniques précoces. La tunique est une forme de vêtement qui a survécu pratiquement inchangé pendant des siècles. Pas particulière à l`Egypte, tuniques, ou dalmatics, comme ils ont également été appelés, ont été portés dans tout l`Empire romain et ont été soupçonnés d`être introduits à Rome au début du troisième siècle. Certains des premiers tuniques à survivre sont remarquables pour Havinga été tissé entièrement en une seule pièce, comme indiqué par l`illustration.

Afin de tisser le vêtement en une seule pièce avec la courbure en cours d`exécution dans la bonne direction pour l`ornementation de tapisserie, les textiles devaient être tissés sur un métier à tisser près de trois mètres de large. Ces larges métiers étaient généralement de haute distorsion (comme les métiers à tisser utilisés pour tresser les tapisseries européennes classiques) et nécessitaient plusieurs tisserands travaillant ensemble en concert. Tunique positionnée pour tisser sur un métier à tisser en une seule pièce. Tunique positionnée sur un métier à tisser pour le tissage en deux moitiés. Le manchon serait tissé d`abord, puis le corps de la tunique avec une fente créée entre deux fils de chaîne pour l`ouverture du cou dans le centre, puis la deuxième manche tissé. À l`achèvement, le vêtement serait enlevé du métier à tisser et essentiellement plié en deux et cousu le long des manches, aisselles et sur les côtés, laissant une ouverture le long des côtés inférieurs de la tunique pour permettre la liberté de mouvement. À la fin du IVe ou au début du cinquième siècle, il semble que les manches soient tissées séparément et cousues en place. Avec cette procédure, le tissage pourrait être fait sur un métier à tisser à faible distorsion qui est travaillé en position horizontale. Le tisserand se repose ou se penche sur la pièce de tapisserie. Au fur et à mesure que le travail est achevé, la tapisserie est roulée vers le tisserand. Rassembler les tuniques leur permettait d`être tissés sur une largeur de métier beaucoup plus étroite, avec moins de déchets de distorsion, et plus rapide tissage depuis la largeur de métier plus étroit signifiait qu`une navette pourrait être utilisé pour passer la trame à travers la chaîne, un tisserand solitaire pourrait opérer le métier à tisser , et un batteur à roseaux pourrait être utilisé.

En bref, la largeur du métier à tisser étroit du métier à tisser à faible distorsion a grandement augmenté la vitesse et l`efficacité du tisserand. Le métier de chaîne basse est travaillé dans une position horizontale et le tisserand se repose ou se penche sur la pièce de tapisserie.

This entry was posted in Uncategorized by . Bookmark the permalink.

Comments are closed.